Hausse des salaires : le personnel du médico-social de l’hôpital de Felleries-Liessies se sent oublié
 – soutien-gorge – body lingerie – lingerie sexy

Hausse des salaires : le personnel du médico-social de l’hôpital de Felleries-Liessies se sent oublié – soutien-gorge – body lingerie – lingerie sexy

27 octobre 2020 0 Par admin6669


Le personnel a fait grève devant l’établissement ce jeudi 15 octobre. Si rien ne bouge, ils pourraient poursuivre le mouvement.

Le personnel du médico-social réclame la même hausse de salaire (183 euros) que ses autres collègues soignants.

Négociée au printemps, dans le cadre du « Ségur de la santé », la hausse des salaires de 183 euros pour tous les personnels des hôpitaux ne concerne pas les 40 000 agents du secteur du médico-social. Voilà pourquoi les 60 agents de la maison d’accueil spécialisé (M.A.S.) de l’hôpital de Felleries-Liessies, s’estimant oubliés, ont décidé de faire grève devant l’établissement ce jeudi 15 octobre.

« C’est la casse du médico-social. Plus personne ne voudra venir travailler chez nous quand il verra la différence de salaire. Beaucoup vont demander leur mutation dans un autre service. Je suis aide-soignant depuis 16 ans. Quelqu’un qui arrivera en début de carrière dans un autre service gagnera plus que moi », déplore Frédéric Ly, secrétaire adjoint de la CGT pour l’hôpital.

Les agents du médico-social estiment qu’ils sont allés autant au front que leurs collègues pendant cette crise de la Covid-19 et qu’ils méritent eux aussi une augmentation.

« Nous sommes l’un des services les plus touchés par la Covid. Sur les 60 agents, 15 ont été déclarés positifs. On a, nous aussi ,fait l’effort de travailler 12 h par jour pour faire face à l’augmentation de l’activité ».

Ce nouveau coup dur intervient dans un contexte déjà compliqué pour le personnel hospitalier qui réclame une hausse des salaires depuis 2010 et plus de moyens pour travailler.

« Le salaire des agents hospitaliers en France est bien inférieur à la moyenne européenne. Le gouvernement a beau encenser notre travail, il continue sa destruction des hôpitaux publics. Les locaux sont vétustes et on manque toujours de matériel. Pendant le temps Covid-19, on a dû travailler avec des chemises d’opérés car on n’avait plus de surblouses. De plus, aujourd’hui nous n’avons plus la garantie d’emploi des fonctionnaires traditionnels. Ce n’est plus un hôpital mais une entreprise de soins », indique Frédéric Ly.

Pendant cette journée de grève, vers 14 h, des membres de la direction de l’hôpital sont venus apporter leur soutien aux agents de la maison d’accueil spécialisé.



Source link